Catégories
JOURNALISME

Bay Djòb l’application haïtienne entièrement gratuite de recherche d’emploi

Lancé le 20 mai 2020, tout est complètement gratuit sur l’application Bay Djòb contrairement aux autres applications de ce genre. Les utilisateurs peuvent même y gagner de l’argent, échanger des biens et services et parrainer d’autres utilisateurs.

En réalité, tout comme les vendeurs de porte à porte, Bay Djòb permet à des partenaires de vendre des services dans plusieurs pays. «Lorsqu’on accepte un partenariat notre nom est dans la liste des partenaires dans le profil de tous les utilisateurs», explique le fondateur Jean Kindar Bury.

En fait, si vous devenez partenaire, toutes les personnes qui lisent vos publications et décident de rejoindre Bay Djòb, peuvent choisir votre nom comme partenaire lors de leurs inscription pour obtenir un rabais sur les services. «À chaque fois que cette personne utilise nos services pour obtenir un rabais, vous recevrez automatiquement une rétribution sur ce client par courriel et directement sur notre site», ajoute-t-il.

Il faut tout d’abord télécharger l’application, s’inscrire, et dans le menu choisir condition et adhésion. Il suffit ensuite de remplir au complet le formulaire . Si votre partenariat est accepté, vous recevez un courriel de Bay Djòb, avec le paquet média qui comprends des instructions. Votre nom se retrouvera alors dans la liste des partenaires avec vos informations de contact et le pourcentage de rabais que vous voulez offrir.

Les entrepreneurs peuvent aussi s’inspirer d’autres personnes et obtenir plus de client avec la page vidéo de l’application https://www.baydjob.com/video, mais cela ne fonctionne que si on est inscrit.

Bien sûre, la section vendez en ligne permet aux gens de vendre des articles de travail neufs ou usagés, en plus de fonctionner comme Amazon. Ce qui veut dire, pas besoin de faire un site web, ni la gestion. «Vous décidez de vendre par exemple des bottes vous l’affichez pour une vente local ou international. N’importe qui peut vous l’acheter directement sur notre site par carte de crédit ou venir le chercher», explique le fondateur de Bay Djòb.

Celui qui a gagné un prix pour jeune entrepreneur du Québec en 2009 raconte qu’il est allé en Haïti en 2013. Il a eu beaucoup de plaisir, mais l’entrepreneur en lui a remarqué que presque la totalité des gens qui se plaignent qu’il n’y a pas d’emploi en Haïti, n’ont pas de CV.

De plus, ceux qui ont un, n’ont pas forcément les détails qu’il faut dedans.Pour la totalité du reste qui ont ce fameux CV, ils n’ont pas cette habitude de rechercher un emploi sur une plateforme numérique.

«J‘ai aussi constaté la tristesse de ceux et surtout celles qui cherche un emploi, qui doivent faire face à des demandes sexuelles», ajoute-t-il.

Dans bien des cas ce sont des profiteurs qui n’ont pas réellement d’emplois à offrir. «En 2016, après avoir eu mon premier enfant, une petite fille, j’ai prit la décision de me lancer dans cette aventure pour résoudre ces problèmes mais aussi les problèmes de la communauté noir au Québec, y compris la communauté haïtienne».

Bay Djòb en bref

-Se faire connaître grâce à au réseau interne de Bay Djòb

-Service d’e-commerce pour acheter et vendre des produits 

-Recevoir des pop-up sur les nouveautés, donc plus besoin de rester connecter sur le site web pour ça 

-Élargir la notoriété de chaque utilisateur 

Par Forestal Sterline

Pourquoi je suis devenue journaliste?
Ne pouvant pas s’impliquer en politique trop jeune j’ai choisi le journalisme par ce que je croyais que cela peut faire développer une société dans tous les domaines. En attendant de commencer une carrière politique.
Je m’exprimais très bien en publique, j’aimais beaucoup écrire et tout le monde me disait que j’écrivais très bien. J’ai dû apprendre la concision et diminuer ma stylistique littéraire.
Être journaliste me donnait aussi une longueur d’avance pour acquérir un statut de personnalité publique incontournable pour faire de la politique.
Pour moi une journaliste est une enseignante qui use de sa plume et de sa voix pour enseigner. La différence c’est qu’on est pas dans une salle de classe.

Ensuite je me suis dirigé vers une formation en science politique et administration publique pour être reconnue comme autorité compétente dans ces deux domaines, à part d’avoir la passion de les exercer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.