Catégories
JOURNALISME

Ressources/Investissements: Les non-dits sur les ressources minières et pétrolières d’Haïti

Haïti importe le pétrole l’or, l’argent et le cuivre de l’étranger pourtant, son sous-sol regorge de ces ressources et bien plus encore. Pendant ce temps, des entreprises étrangères exploitent ces ressources et le peuple ne reçoit dans la plus part des cas que des miettes.

Ce fut le cas en 1957, c’était le début d’une exploitation de bauxite. Avec ce contrat signé en 1944, ce sont 150 mille hectares de terres que la compagnie américaine Raynolds Mines Incorporation a exploitées à Paillant dans la ville de Miragoine. Le bauxite contient de l’aluminium que l’on retrouve dans une très vaste variété de produits quotidiens. Cela va des ustensiles, aux électroménagers ou à l’industrie aérospatiale.

En 1960, une mine de cuivre aux Gonaives dans la ville de Terre Neuve est exploitée par la Société d’exploitation et de développement économique et nature canadienne (Sedren) pendantt 12 longues années.

Ce sont 1.5 million de dollars en cuivre qu’ils ont pu extraire du sol, soit l’équivalent de 83 million de dollars. Sur ce montant, Haiti a reçu que 3 million de dollars. Un procès a même été fait à cette compagnie par la banque nationale de la république d’Haïti (BNRH). En 1972 , la BRNH condamne la compagnie et confisque tous leur matériels.

Par Forestal Sterline

Pourquoi je suis devenue journaliste?
Ne pouvant pas s’impliquer en politique trop jeune j’ai choisi le journalisme par ce que je croyais que cela peut faire développer une société dans tous les domaines. En attendant de commencer une carrière politique.
Je m’exprimais très bien en publique, j’aimais beaucoup écrire et tout le monde me disait que j’écrivais très bien. J’ai dû apprendre la concision et diminuer ma stylistique littéraire.
Être journaliste me donnait aussi une longueur d’avance pour acquérir un statut de personnalité publique incontournable pour faire de la politique.
Pour moi une journaliste est une enseignante qui use de sa plume et de sa voix pour enseigner. La différence c’est qu’on est pas dans une salle de classe.

Ensuite je me suis dirigé vers une formation en science politique et administration publique pour être reconnue comme autorité compétente dans ces deux domaines, à part d’avoir la passion de les exercer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.